LE SAUVETAGE D'ARION. Par un gros poisson dilettante Ce tenor fut sauvé grâce à sa fraîche voix. Maint chanteur que l'Opéra vante, Dans une pareille tourmente, N'attendrirait pas un anchois. Extrait d'un feuilleton de Mr. Berlioz.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account