- Comme tu y vas, on voit bien que l’argent ne te coute rien ! si je te laissais faire, je serais bientôt dévoré…. Bah ! mon père, ce n’est pas pour vous que vous amassez…. – C’est pour toi peut-être, non, non, au train de vie que tu mènes, je vivrai plus que toi… - Vous n’avez, mon cher père, que des choses désagréables à me dire……

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account