LE DISTRAIT. Cet artiste revient du salon, et saisi d’une inspiration sublime il s’approche de sa toile; tout à coup les tons les plus suaves; les effets les plus piquans, la touche la plus délicate promettent un chef-d’œuvre; deux, trois, quatre heures se passent, la postérité l’appelle, il est grand comme le Titien, comme Michel-Ange … puis son imagination se calme, le voilà maître de lui même oh douleur! ….. il n’a fait que remuer les doigts, il n’avait pas pris son pinceau.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account