Monsieur Bertrand, la confiance de mes concitoyens m’a placé à la tête de cette administration, et je vous le dis à regret, quel que soit mon désir de vous être utile, je n’ose engager ma responsabilité, car vous ne pouvez vous le dissimuler, votre conduite a été jusqu’à ce jour un peu légère, vous avez fait parler de vous......... L’administration ne doit compter que des hommes parfaitement irréprochables. Sans cela, où en serions nous, grand dieu !!

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account