Le Chevalier des Adrets est l’amant d’une femme du monde, il est aimable, empressé, il joue la passion et le dévouement..... un jour, un huissier prétendu, une prétendue lettre de change tombent comme la foudre au milieu de plus tendres épanchemens .......... Ah ! mon dieu ! Le Baron de Wormspire, un ami, me faire jeter en prison ! détruire mon bonheur ! m’enlever à ce que j’aime ! ô les amis, les amis !!.... il n’y a donc plus d’amis !!!.... La pauvre femme, la pauvre dupe, se dépouille de son or, de ses bijoux, donne tout ce qu’elle peut donner, emprunte, se ruine et reconnaît trop tard que son chevalier n’est qu’un chevalier d’industrie, un vrai Robert Macaire.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account