Apothicaire et Pharmacien. Mon cher Boniface, il fallait autrefois à un apothicaire quarante ans pour gagner 2000 f. de rentes....... vous marchiez nous volons nous ! – Mais comment faites vous donc ? – Nous prenons du suif, de la brique pilée ou de l’amidon, nous appelons ça pâte Onicophane, Racahout, Nafé, Osmaniglou ou de tout autre nom plus ou moins charabia, nous faisons des annonces, des prospectus, des circulaires, et en dix ans nous réalisons un million..... Il faut attaquer la fortune en face, vous la preniez du mauvais côté !

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account