- Monsieur, auriez-vous la bonté de me dire quand vous voudrez bien me payer les cinq cents francs que vous me devez depuis longtemps..... - Mon cher, vous n'êtes pas raisonnable de me faire une pareille demande, vous voyez bien que je n'ai rien sur moi dans ce moment-ci.......

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account