Le garde national Rifolard, n'étant pas sorti de chez lui pendant les cinq journées de juin, ne peut résister au desir de saisir enfin l'occasion de se montrer; malgré les larmes de sa femme et de ses enfans, il prend son fusil pour courir à un banquet en province.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account