Il n'ya pas à dire, il faut que je traverse ce diable de bois pour rentrer chez moi.... je suis fâché d'être resté si tard chez le voisin Rigolard, à faire un cent de piquet.... si j'avais réfléchi je n'en aurais fait qu'un demi-cent.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account