FUMEURS ET PRISEURS. - Il ne faut pas croire que tous les chinois s'abrutissent avec de l'opium, non une foule de gens et surtout dans la bonne société, font consister le souverain bonheur a fumer et a priser une certaine feuille dont l'aspect est assez désagréable, mais dont le goût est fort repoussant - comme cette feuille se récolte sur une plante nommée nicotine on a été naturellement porté à l'appeler tabac.

DSpace Repository

Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Search BIR


Browse

My Account